SQUARE DES ARTISTES

Images émotions

Notre nouvelle exposition, présentée jusqu’au 8 février, réunit les talents de trois artistes aux univers très différents, Etienne Eymard-Duvernay, Izumi Idoia et Pascale Bordet. Une exposition chargée en émotions, qui ramène à la surface bien des paroles, bien des mélodies du répertoire de la chanson française, qui nous entraîne sur les plus grandes scènes du théâtre et qui entrouvre avec délicatesse les coulisses de l’intime. Bonne visite !

ETIENNE EYMARD-DUVERNAY

Chanson française
Pour sa série “Chanson française”, Etienne Eymard-Duvernay a réalisé une série de portraits emblématiques d’une vingtaine de grandes figures de la chanson française d’hier et d’aujourd’hui, de Brel à Camille, de Brassens à Benjamin Biolay, en passant par Barbara, Gainsbourg et Bashung.

Chaque visage, chaque profil est associé à un objet ou une situation qui évoque immédiatement l’interprète
Brel

A propos de cette exposition, Etienne Eymard-Duvernay écrit :
« Dans la chambre de ma sœur, Véronique Sanson chante,
Dans la chambre de mon autre sœur, Moustaki chante,
Dans la chambre de mon frère, Graeme Allwright chante,
Dans ma chambre, Mike Jagger chante,
Dans le bureau de mon père, Pavarotti chante,
Dans le repos de ma mère, Jean Ferrat chante,
C’est un endroit de jeunesses et de maturités, une maison poreuse où chaque pièce résonne de sa mélodie.
C’est une des strates de mon enfance.
J’ai 14 ans,
Je ne chante pas,
J’écoute,
Je me souviens. »

L’artiste
Etienne Eymard-Duvernay jette des passerelles entre les différents médiums, afin, dit-il, de « concrétiser au mieux » les images de sa bibliothèque imaginaire et de « rendre visible » son regard sur le monde.
L’artiste aime à citer la danseuse et chorégraphe Anna Halprin : « Il nous reste le matériau brut de nos existences pour produire notre art. »

IZUMI IDOIA
Les liens invisibles

L’artiste
Izumi Idoia est illustratrice et peintre indépendante, après avoir travaillé notamment comme dessinatrice pour des bureaux de style entre Barcelone et Paris. Elle a participé à de nombreux projets dans les domaines de l’édition, la mode, la décoration et le textile (avec des références comme Givenchy, Nina Ricci, Balenciaga, Catimini, l’éditeur japonais Pie Books, Les Editions Mon Petit Art, Milan et Mango…).
Izumi Idoia au Square des artistes 2
Elle travaille aussi sur ses propres collections et expose régulièrement. Son univers est imprégné d’enfance, de nature, de danse, de musique et d’esthétisme japonais. Son travail se construit souvent autour de créatures féminines et de profusions de motifs végétaux aux couleurs vives.

L’expo.

Qu’est ce qui nous lie, nous êtres humains ? Qu’est-ce qui nous rattache aux autres, à la nature, et au-delà, à l’infinie étendue du cosmos ? Comment représenter de manière sensible ces multiples liens qui sous-tendent nos existences, ces liens invisibles et pourtant essentiels, synonymes souvent d’amitié, d’amour, de maternité, d’harmonie ? Autant de questions au cœur de la nouvelle exposition d’Izumi Idoia Zubia, au Square des artistes.
Elle rassemble une série d’œuvres empruntant des techniques diverses, du dessin à l’aquarelle, du monotype au collage, de la peinture au volume. L’illustratrice a conçu des images d’une grande douceur qui, dit-elle, « transmettent l’affection et l’apaisement face à notre impermanence ». Le lien s’y présente comme « une connexion à quelque chose d’intime et secret ou de transcendant et immuable, qui rassure ».

PASCALE BORDET
Tous au théâtre !

L’artiste
Pascale Bordet côtoie les plus grand acteurs, les habille, les aide à donner vie à leurs personnages. Elle prend soin de leur âme aussi, dans un sur-mesure qui respecte à la fois l’œuvre, l’intention du metteur en scène et la personnalité des comédiens.
IMG_0576
La dame aux habits blancs est costumière, femme de théâtre, femme de coulisses. Elle est costumière et, partant, artiste, dessinatrice. Avant le feu des projecteurs, avant l’épreuve de la scène et du public, chaque costume est couché sur le papier, savant drapé baigné d’aquarelle.
Sur chacune de ces œuvres, exposées du 15 septembre au 20 octobre au Square des artistes, quelques noms griffonnés : nom d’une pièce, d’un personnage, de l’acteur qui l’incarne. Des noms, des grands noms du théâtre… Francis Huster côtoie Michel Aumont, Catherine Rich donne la réplique à Anny Duperey.
Des hommes et femmes que Pascale Bordet porte avec sensibilité en son cœur et en son art. Un art auquel elle a consacré de multiples ouvrages (son nouveau livre, Grandeurs et misères d’une costumière sort le 18 octobre aux éditions HC).
Un art qui, de la Comédie français aux principaux théâtres privés, lui ouvre les portes des plus grandes scènes. Son talent lui a valu deux Molières du meilleur costume (et onze nominations pour ce même prix), le Prix Renaud-Barrault, le Prix Diapason du livre d’art. Il lui a permis aussi de devenir Chevalier des arts et lettres.
Mais n’en disons pas plus. Tous au théâtre ! Les trois coups résonnent, le rideau se lève. Place à l’exposition !

Comments are closed.